Mar 172015
 

martyrs2Le Front Populaire pour la ibération de la Palestine dans le centre de Gaza a organisé un grand festival commémorant le Jour des Martyrs, le quarante-deuxième anniversaire du camarade dirigeant Mohamed al-Aswad (Guevara Gaza), membre du Bureau Politique du Front, et de ses camarades Abdelhadi al-Hayek et Kamel al-‘Amsi, qui ont combattu jusqu’à leur dernier souffle contre les forces sionistes le 9 mars 1973. Les forces du FPLP qu’ils ont conduites étaient renommées pour leur forte résistance militaire face à l’occupation de Gaza.
L’événement a comporté une cérémonie honorant les familles et les enfants des martyrs qui sont tombés dans la lutte du Front et du peuple palestinien, promettant de rester sur le chemin pour lequel ils ont donné leurs vies, pour la révolution et la libération de la Palestine.

Un grand nombre de familles des martyrs et des prisonniers ont participé à cet évènement, qui a été conduit par le Camarade Jamil Mizher, dirigeant du FPLP à Gaza, et ses camarades du Bureau Politique, les camarades Maryam Abu Daqqa, Rabah Muhanna, Kayed al-Ghoul et Ghazi Sourani.

La Camarade Lina Abu Sharkh a ouvert l’événement, rappelant les villes et villages palestiniens qui ont produit les nombreux martyres qui sont tombés pour la Palestine, jurant que le Front n’oubliera pas les sacrifices des martyrs.

Le Camarade Allam Kaabi, ancien prisonnier et membre du Comité Central du Front, ont apporté les salutations au nom des camarades de la Branche des Prisons aux familles des martyrs. Il a noté l’engagement du Front à rester dans les tranchées de la résistance et pour la lutte armée jusqu’ à la libération de la Palestine. Il a noté que le jour qui marque le martyre de Guevara Gaza et de ses camarades est devenu le jour de la commémoration de tous les martyrs du Front et de leur conscience et expérience collectives de la théorie et de la pratique de la lutte révolutionnaire créatrice, comme cela était incarné dans le travail de Guevara Gaza.

Kaabi a également noté que le Jour des Martyrs vient un jour après la Journée Internationale des Femmes, saluant les femmes martyrs de la Palestine et soulignant l’importance qu’il y a à honorer les femmes palestiniennes et leur participation à la révolution, et leur lutte pour la pleine égalité sociale et politique et la libération, car le statut des femmes est un pilier fondamental qui doit être élevé afin de réaliser la victoire et la justice pour les masses palestiniennes.

Kaabi a également discuté de la situation actuelle de la cause palestinienne, son caractère interne complexe et ses conflits, particulièrement à la lumière du rôle des puissances régionales et internationales et des crimes de l’occupant. Il a souligné l’importance de réhabiliter, en tant que première priorité, la contradiction principale avec l’occupation, en intensifiant la résistance de toutes les manières et par tous les moyens, et la nécessité de mettre un terme au chemin des négociations futiles utilisées par l’occupant comme couverture pour l’agression continue et l’expansion coloniale.

Il a également souligné l’importance cruciale qu’il y a à mettre fin immédiatement à toutes les communications, relations et coordination de sécurité avec l’occupation et le développement d’un plan national collectif pour mettre en marche les énergies de notre peuple pour affronter l’occupation sioniste.

La amarade Reham Abu Omreen, la soeur du martyr, Camarade Osama Mahmoud Abbas Abu Omreen, a parlé au nom des familles des martyrs, soulignant que ce jour est une occasion pour que les familles des martyrs se réunissent pour confirmer leur adhésion immuable aux principes pour lesquels leurs enfants et ceux qu’ils aiment se sont sacrifiés, jusqu’à ce que le peuple palestinien réalise ses objectifs de retour, d’autodétermination et d’indépendance.

Elle a salué le Front, disant que « vous êtes l’espoir de notre peuple pour la fin de la division et l’établissement d’une société démocratique progressiste. Vous êtes l’alternative démocratique que nous aspirons à réaliser, qui a la capacité d’apporter la joie à l’opprimé et au marginalisé. »

Des artistes et des interprètes ont chanté des chansons palestiniennes et ont fait une démonstration de danse folklorique dabkeh, et ont aussi récité des poèmes.

Sorry, the comment form is closed at this time.