Mar 172015
 

ammangasLa campagne nationale jordanienne pour stopper l’accord sur le gaz sioniste a organisé un rassemblement de masse à Amman, en Jordanie, sous le slogan « Oui à la dignité et à la souveraineté, non à la subordination et à la dépendance, » avec la participation de personnalités nationales, de parlementaires, de partis politiques, de syndicats et de mouvements populaires et de la jeunesse devant le Complexe des Associations Professionnelles, dénonçant la normalisation officielle et le contrat de gaz avec l’entité sioniste.
La démonstration a rejeté l’accord de Wadi Araba et tous les accords avec l’état occupant, notant que le contrat de gaz est un déshonneur qui doit se terminer immédiatement. Le peuple jordanien a rejeté cette affaire tandis que le gouvernement la défend, ont dit les organisateurs de la manifestation. En outre, les protestataires réclamaient l’annulation du contrat de l’eau « Mer Rouge-Mer Morte » et du traité Wadi Araba entier qui représente l’humiliation et l’assujettissement à l’entité sioniste.

Le coordonnateur de la campagne a pris la parole à la fin de la marche, disant, « En dépit du rejet populaire clair de la normalisation avec l’entité sioniste, en dépit de l’échec de jamais briser cette position claire du peuple de ce pays, en dépit de 20 ans de l’accord destructif de Wadi Araba, ce gouvernement est encore déterminé pour signer davantage d’accords pour imposer par la force la normalisation aux foyers de chaque citoyen jordanien et de faire de chacun de nous un associé fournissant au trésor de l’ennemi sioniste des milliards de dollars pour favoriser la capacité agressive de son armée et pour financer les projets et les guerres coloniales. Cette affaire soumet également tous les Jordaniens au danger de l’extorsion directe par l’ennemi par son contrôle de l’arme la plus dangereuse de l’accès à l’énergie et son contrôle des besoins de base en électricité des Jordaniens. »

Le Comité Jordanien pour Stopper le Contrat de Gaz Sioniste réclame ce qui suit :

Premièrement, l’annulation immédiate du contrat de gaz et de ses conséquences politiques, de sécurité et économiques. Le contrat gazier essaye de légitimer le projet colonial sioniste , de miner la souveraineté et de promouvoir la dépendance.

En second lieu, le contrat de gaz pour importer le gaz de l’entité sioniste au moyen d’un accord entre la compagnie nationale jordanienne et Noble Energy USA en tant que représentant d’une coalition de compagnies israéliennes, représente la plus grande menace stratégique contre la Jordanie et son peuple à l’époque actuelle , et la Lettre d’Intention signée en septembre 2014 doit être abolie.

Troisièmement, la campagne rejette catégoriquement toutes les formes de normalisation avec l’entité sioniste dans les domaines économiques, commerciaux, culturels , politiques et tous autres.

Quatrièmement, la campagne exige l’annulation de l’affaire signée par la Compagnie des Potasses Arabes début 2014 pour importer le gaz de l’ennemi sioniste.

Cinquièmement, la campagne exige le rejet et la répudiation de l’accord de pipeline d’eau « Mer Rouge-Mer Morte » signé récemment entre l’état jordanien et l’entité sioniste, qui fait partie du projet pour le contrôle total des ressources naturelles, intégrant les Sionistes dans la région et augmentant leur influence.

Sixièmement, la campagne rejette l’importation du gaz des terrains bordant Gaza assiégée et occupée sous la domination de l’entité sioniste et sujet à son contrôle dans le domaine de l’énergie ; cette source ne peut pas être utilisée jusqu’à ce qu’elle soit libérée du contrôle sioniste.

La Campagne Jordanienne pour Stopper le Contrat Gazier Sioniste note qu’elle refuse l’importation du gaz de l’état sioniste même si il était gratuit, mais que les excuses publiques des responsables politiques au sujet du « manque de solutions de rechange » sont fallacieuses et fausses. Les solutions de rechange incluent :

1. Réhabilitation du port de gaz naturel liquéfié d’Aqaba à importer du gaz de n’importe quelle autre source, en premier lieu des sources arabes ;
2. L’aptitude du schiste pétrolifère en Jordanie à être utilisé directement, ou raffiné pour la production de l’électricité. Deux compagnies travaillent dans ce secteur ;
3.L’énergie renouvelable telle que la puissance du vent et l’énergie solaire ; la dernière est particulièrement prometteuse en Jordanie ;
4. La prévention de la perte et du vol dans le réseau de l’électricité, qui apportera des économies énormes ;
5. Investissement et développement des gisements de gaz près de la Jordanie dans les eaux territoriales arabes.

Chacune de ces alternatives peut entrer en action d’ici 2019, l’année l’où est prévue la première importation de gaz de l’état sioniste. La campagne comporte des syndicats professionnels, des syndicats ouvriers, des partis politiques, des parlementaires, desmouvements populaires, des associations de jeunesse, des organisations féminines et des officiers militaires retraités, invitant tout le peuple à se rassembler pour rejeter cet accord et pour soutenir les activités pour arrêter le contrat gazier.

Sorry, the comment form is closed at this time.